Une irrépressible envie de fuir


Aussi sur Instagram (un_vrai_semblant)

Croire est difficile

Un nœud qui a le don d'ubiquité dans mon corps
Capable d'extraire encore de l'humide
Quand on s'enorgueillit pourtant d'une armure
Bien lustrée par les années.

Voir en grand

Un grand besoin d'échapper aux choses du monde, de s'abîmer, loin des usages et des opinions, dans d'abruptes extases, célestes ou merdiques. 

Une grande faim pour tout ce qui n'est pas comestible pourtant, d'avoir compris à mon vieil âge que l'orgueil avait le goût du pamplemousse rose.


Une grande patience, pour ce qui est de visiter le temps par la nanoseconde, et d'empiler tout ça comme des cadavres dans un joli charnier décoré de roses.


Un grand trou, à force de le connaître et de s'être habitué à sa paradoxale présence si envahissante, dans lequel je fini par plonger pour éviter de prendre encore les gens pour des piscines.


Une grande envie, mais vous savez comme moi que sous son masque tendre, ému, ineffable, superbe, rougissant, flamboyant, elle a pour principal dessein d'évaser encore.


Un grand manque, car tout découle et coule.


Un grand cheveu, dans la soupe.


Une grande gerbe, sans fleur.


Un grand con.


Faut voir


Une envie irrépressible





                                                                                                de sel.






OxYmOroNs dans la jOiE



La cohésion devient plus instable. Des répercussions diverses, mais croit-on que la comparaison soit juste, alors que je n'étais déjà plus qu'un cadavre décomposé par une sorte d'hypothèque au profit du passé. Pendant la nuit, il n'y a pas de place pour l'énergie virile de la lutte contre soi-même. Seule reste la profonde solitude et le désert des anciens jours. Seule, la bite froide et raide mais pas dure dans la main non reliée, expulse un peu de ce sauvage lait où nul sang par l'épreuve usé ne se mêle.