un œuf dans le plat

pour suer,


tu la sens mon urgente haleine de bouc?








oh merttt












demain la peste


laisser un avis dans la boue




voler des jus mais pas de fruit

C'est charmant marchant, n'est-ce pas
(D.v.)

Mais la si belle densité de ceux qui pourtant se cachent dans les ondes
La si excitante grandeur de ceux qui pourtant se cachent dans les souvenirs
La si aspirante chair de ceux qui pourtant se cachent dans la surface


Ad lib.

La matrice attriste l'artiste

p.a.m.c.a.t.

Tu n'étais pas loin, alors
Tu étais loin ,alors
J'essaye de croire
Que cet artefact est universel
Que je suis dans le réel sans etre dans le vrai

Mais la si belle densité de ceux qui pourtant se cachent dans les ondes
La si excitante grandeur de ceux qui pourtant se cachent dans les souvenirs
La si aspirante chair de ceux qui pourtant se cachent dans la surface
Font tellement le poids
Face à ça.

C'est quoi le chemin déjà ?
Il faut passer par la décharge.

Compter les trous

Je m'énerve 
Mon corps m'énerve
Ma tête m'énerve
Dehors comme dedans elle m'énerve
L'effet kiss cool 
Draft version ducon
Le nombre en suspens
L'appétence 
M'énervent
Un paquet de nerfs
Une raideur innervée 
Une crampe
Que rien ne sait plus vider




quelque chose d'indéterminé

sur le blog de la vie sous les mouches.


clic on pic

Vers où on est en train



Bien sûr la mort et les vents cyclothymiques
Les ombres du passé
Les plantes grasses mal arrosées 

Mais aussi
Tu te souviens de cette histoire
Où de l'autre côté du fleuve, l'homme n'a pas la patience d'attendre
Et avant le troisième jour il accueille sa fin à bras ouverts
Mais les arbres, les rochers et le serpent avaient attendu
Tu te souviens de la voix pleine de drame et d'émotion
Et de la flûte taillée dans le Paxiouba aux larges palmes

Avons-nous fait une originelle erreur
Ou au contraire
Avons-nous éveillé par ce biais une conscience
Terrible et terrifiante et fantastique

Et l'assurance de la paisible régression 
Jusqu'à la fin du vrombissement 


Le loup règle ses contes

.Il était une fois 
Un petit moment avec le temps pour les autres 

Ce soir qui se fait passer pour une fille de la musique 
Il est un matin qui ment

Le temps passe trop vite 
Et après, c'est la première fois que le monde se plie

C'est peut-être triste 
Mais du coup tu te retrouves à côté de lui

Et ça fait 


Alors je vomi dans ma tête.

Reste

Il n'est pas tard
Pourtant

C'est pas la mort
Pourtant

On est pas si loin
Pourtant

Il y a prescription
Pourtant

On peut se perdre
Pourtant

La vie continue
Pourtant

Il y a des jours 
Pourtant

Je monte sur la vague
Pourtant

On peut toujours rêver 
Pourtant

La gorge se noue
Pourtant

Au détour de nous 
Pourtant

L'aube.