Vingt et une heures trente-deux minutes plus tard

dans la tête, figée dans une cristallisation létale, dans le corps, paralysé par d'impossibles reliances, dans la main, aux doigts morts de faim d'une peau perdue, dans les yeux, aveuglés par l'éternelle obsession, dans le cœur, mécanique ensablée, dans les jambes, qui ont oublié mon nom, dans les bras, tordus par la fonction (p >H +|~ appétence = vibration 9 TrisTe), dans le foie, qui a perdu sa sœur, dans les côtes, écartelées par l'autorité médicale, dans les poils, pauvres et oxydés, dans le cul, trop étroit, dans le dos, où s'écrit tout ce que je ne peux lire, dans le cou, logement de fortune pour l'angoisse de mort, dans la langue, muette, dans les pieds, en mal d'ancrage, dans le nez, où subsiste l'odeur d'urine du bus ce matin, dans le sexe, serré jusqu'à l'os, dans les oreilles, incapables de faire le tri, dans les cheveux, en voie de disparition, dans les coudes, qui ne jouent plus, dans la peau, si fine à l'usure qu'elle ne fait plus barrage, dans le ventre, fantôme, dans les ongles, porteurs du dernier message, dans l'hiver, nucléaire.







ouaip

super con et super seul


Sont dans le mur

Bientôt


Nous ferons des efforts pour les autres qui ont vécu une heure de plus en ce sens 
Nous marcherons sur les réseaux de transport de marchandises à faire peur au loup
Nous crierons comme des porcs qui pissent leurs fluides par le cul le con les trous
Nous irons au bois dormant moins calmes écraser les pieds sur la terre noire
Nous plierons la voie pour oublier les automatismes les autoroutes les autofictions
Nous armerons nos bras de haine contre le temps pour extraire l'essentiel suc 
Nous nous coucherons dans les hautes herbes sans penser à l'intérieur de nos ventres
Nous croirons suffisamment pour laisser passer les jolies phrases et les pseudo-profils 
Nous pourrons respirer encore un peu par les pores avant de tourner de l'œil 
Nous envisagerons l'alternance et la diversité comme part indissociable de l'uni 
Nous rêverons encore d'une brindille ou d'un poil sans s'encombrer du vain fourmillement 
Nous partirons, plus loin que jamais, mais sans jamais nous éloigner de nous.

Confiance,


Tout est possible.

Aujourd'hui,


du jus de pomme, un souvenir et une croyance éteinte à jamais.



Une parution....

Bonjour amis du vrai et ici de la toile,


Un post pour vous dire qu'un recueil de nouvelles accompagné de quelques photos va sortir chez MaelstrÖm ce week-end, au prix très abordable de 7€, et en vente à la boutique dans le piétonnier de la place Jourdan, ainsi que dans les -bonnes- librairies dès la semaine prochaine.

Quinze textes autour de la mort, oui, mais le tout animé par un certain amour de la vie.

En espérant que ça vous parle, vous plaise, vous titille, 

je vous embrasse,

Nicolas







5/11/2014 La Boutique-Librairie maelstrÖM 4 1 4 fête ses 4 ANS !!!
Une échoppe, une chaloupe de la poésie, du livre, de l’art et de l’esprit.






Samedi 6 décembre à partir de 18h30 et Dimanche 7 décembre 2014 à partir de16h30Fêtons ensemble le 4e Anniversaire de la Boutique-Librairie maelstrÖm 4 4!
4 ANS ! 4 ans déjà que la Boutique maelstrÖm vit en poésie dans le piétonnier de la Place Jourdan à Etterbeek. Vin chaud offert et à volonté

Comme pour tout être vivant nous avons décidé de fêter, chaque année, l’anniversaire de notre Boutique-Librairie maelstrÖm 4 1 4 !

Voici le programme !

SAMEDI 6 à partir de 18h30 :. Vernissage de l’exposition de Milady Renoir
. Présentation des nouvelles parutions des éditions maelstrÖm en présence des auteurs :
« Poche de noir », roman de Gérard Mans ; « Le Cavalier » de Martin Ryelandt ; « Nous nous ressemblons tant », récit de Jean-Pierre Orban ; « Bombe voyage, Bombe voyage », poésies de CeeJay ; « Dernières nouvelles de la mort », nouvelles de Nicolas Marchant ; « Je suis un héros », poésie de Fabien Dariel
. Micro-Ouvert

DIMANCHE 7 à partir de 16h30 :
. Présentation et lectures de la Maison de la poésie de Tinqueux (Reims, France) et de sa nouvelle collection de poésie pour enfants parMateja Bizjak Petit et Pierre Soletti
. Thé avec les auteurs des nouveautés de la collection Bruxelles se Conte des éditions maelstrÖm : « Le bal des décapités » deDominique Brynaert ; « Trip Tram » de Kate Milie ; « L’étrange estaminet » de Dominique Leruth ; « Nouvelles pour nouveaux-nés » de Célestin de Meeûs
. Remise du Prix Gros Sel 2014


Rejoignez-nous pour célébrer le 4e Anniversaire de notre boutique de poésie ! Ce sera l'occasion de découvrir le travail de nombreux éditeurs indépendants, de rencontrer les auteurs des nos dernières parutions, de boire un verre de vin chaud en compagnie de l'équipe maelstrÖm...

Avec les auteurs déjà cités et bien d'autres!

Evénement Facebook : https://www.facebook.com/events/1492926997647004/

un œuf dans le plat

pour suer,


tu la sens mon urgente haleine de bouc?








oh merttt












demain la peste


laisser un avis dans la boue




voler des jus mais pas de fruit

C'est charmant marchant, n'est-ce pas
(D.v.)

Mais la si belle densité de ceux qui pourtant se cachent dans les ondes
La si excitante grandeur de ceux qui pourtant se cachent dans les souvenirs
La si aspirante chair de ceux qui pourtant se cachent dans la surface


Ad lib.